L’agrivoltaïsme : un atout pour l’agriculture et pour l’efficacité des panneaux

D’après une équipe de recherche américaine, l’Amérique de l’Ouest, l’Afrique australe et le Moyen-Orient sont les meilleures régions du point de vue de l’efficacité pour combiner agriculture et énergie solaire. Les chercheurs affirment également que les terres agricoles, les prairies et les zones humides sont les meilleurs environnements pour les projets photovoltaïques. En effet, les conditions d’exploitation de ces terrains sont aussi idéales pour améliorer l’efficacité des panneaux. août 13, 2019 Emiliano Bellini

Photo : valleria_stz, pixabay

Allier production d’énergie solaire et production agricole, cela contribue à résoudre les problèmes de disponibilité des terrains pour les projets photovoltaïques, mais cela peut également améliorer certains types d’activités agricoles ainsi qu’augmenter l’efficacité énergétique des installations photovoltaïques elles-mêmes.

Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de l’État de l’Oregon aux États-Unis, qui a été publié dans la revue Nature.

Les auteurs de l’étude affirment que les régions les plus appropriées pour les projets agrivoltaïques se situent en Amérique occidentale, en Afrique australe et au Moyen-Orient. Ils sont parvenus à cette conclusion en utilisant une modélisation de l’efficacité des panneaux solaires prenant en compte l’influence des microclimats. Cette modélisation a été appliquée à des ensembles de données sur les microclimats du monde entier.

Cette modélisation a également permis aux scientifiques d’identifier les trois types de terres les plus favorables aux projets photovoltaïques : il s’agit des terres agricoles, des prairies et des zones humides. Ces environnements offrent les meilleures conditions pour améliorer les performances des modules solaires, telles que des niveaux d’ensoleillement élevés, des vents légers, des températures modérées et un faible taux d’humidité.

« Ce sont les mêmes conditions que les conditions idéales pour les cultures agricoles ». Concernant l’humidié, ils précisent qu’« il a été démontré que la végétation utilisait plus efficacement l’eau disponible dans des conditions climatiques modérées, où la demande d’évaporation atmosphérique est équilibrée par les précipitations ».

Avantages mutuels

Selon les chercheurs, l’énergie photovoltaïque n’est pas le seul bénéficiaire de la localisation commune de projets solaires et d’activités agricoles. « Les cultures peuvent être réalisées à l’ombre intermittente des panneaux photovoltaïques dans les systèmes agrivoltaïques », indique l’étude. « L’ombre ne diminue pas nécessairement le rendement agricole. »

L’étude repose également sur des données de production d’énergie provenant d’essais sur le terrain menés par le fabricant américain de voitures électriques Tesla sur cinq sites agrivoltaïques en Oregon. Les scientifiques ont découvert que l’aloe vera, les tomates, le maïs biogaz, les graminées et la laitue étaient cultivés avec succès dans ces expériences.

« Certaines variétés de laitue ont des rendements plus élevés à l’ombre qu’en plein soleil ; d’autres variétés connaissent le même rendement à ciel ouvert et sous panneaux photovoltaïques », ont déclaré les chercheurs, ajoutant que les panneaux photovoltaïques semi-transparents pouvaient offrir de nouvelles opportunités de rendement.

« Si moins de 1% des terres agricoles étaient converties en panneaux solaires, cela suffirait pour répondre à la demande mondiale en électricité », ont déclaré les scientifiques.

Emiliano Bellini Emiliano joined pv magazine in March 2017. He has been reporting on solar and renewable energy since 2009.
Plus d’articles de Emiliano Bellini emiliano.bellini@pv-magazine.com

Posez votre question ou bien laissez un commentaire...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.