Développement du véhicule électrique et système électrique : une faisabilité sereine à l’horizon 2035 selon une étude

Voiture_electrique_renault


Mercredi 15 mai 2019, RTE a publié en lien avec l’Avere-France les résultats de l’étude ”Les enjeux du développement de l’électromobilité pour le système électrique”. Les principaux résultats de l’analyse démontrent que : – le système électrique peut absorber ce développement, même avec un pilotage limité de la recharge. – le développement du véhicule électrique présente des atouts écologiques et économiques majeurs, quelques soient les hypothèses envisagées.

Cette étude est destinée à éclairer le débat public sur les interactions entre les feuilles de route «énergie» et «mobilité» de la France. Etablie en concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur (parties prenantes du système électrique, du secteur de la mobilité et des ONG), elle évalue les comportements, la contribution au mix énergétique ainsi que l’impact économique et écologique de la mobilité électrique. L’étude met en évidence cinq scénarios de développement du véhicule électrique en France : Crescendo, Opéra, Forte, Alto et Piano.

Du point de vue de la sécurité d’approvisionnement, RTE estime que la consommation d’énergie liée au développement du véhicule électrique ne devrait pas excéder 48 TWh, soit 10% de la consommation française. Ce niveau de consommation n’impacte pas la sécurité d’approvisionnement en électricité de la France. Les périodes de forts déplacements, comme les vacances scolaires ou les départs en weekend, ne constituent pas un motif d’inquiétudes. Les pointes de consommation en électricité du soir peuvent, quant à elles, être atténuées grâce à la mise en place solutions simples de pilotage.

Du point de vue économique, les analyses menées démontrent que :

  • le coût du plein d’un véhicule électrique devrait être trois fois inférieur à celui d’un véhicule thermique. En cas d’utilisation de solutions de pilotage, ce plein pourrait être 5 fois inférieur.
  • Le pilotage de la recharge permettrait de diviser par deux le coût du développement de la mobilité électrique pour le système électrique.

Du point de vue écologique, l’étude met en évidence que :

  • Les émissions de CO2 d’un véhicule électrique français seraient, au minimum, divisées par 4 par rapport à celles d’un véhicule thermique, cycle de vie complet de la batterie compris.
  • Le lieu de fabrication des batteries, la croissance modérée de leur capacité de stockage, l’accroissement de leur taux de recyclage, le pilotage de la recharge ainsi qu’un usage plus important des transports en commun et des mobilités douces contribueraient également à réduire significativement l’impact environnemental du secteur des transports. Combinés, ces leviers peuvent permettre d’éviter l’émission de deux fois plus de CO2.
  • Le développement du véhicule électrique et le pilotage de sa recharge permettrait une meilleure intégration des énergies renouvelables sur le réseau, à court terme, et un moindre recours aux moyens de production fossiles de pointe, à long terme.

L’étude complète sera présentée le mardi 21 mai de 12h à 14h durant EVS32, symposium international du véhicule électrique (Lyon) en présence de : RTE – Thomas Veyrenc, Head of Strategy and Planning -Avere-France – Cécile Goubet – General Secretary oGroupe Renault – Yasmine Assef – Program Director, New Business Energy & Charging Infrastructure oRenault Nissan Energy Services – Francisco Carrenza – Managing Director Renault-Nissan Energy Services oEuropean Climate Foundation – Abrial Abrial Gilbert-d’Halluin – Senior Associate Transport at oCSTB Centre Scientifique et Technique du Bâtiment – Daniel QUENARD – Responsable développement – Direction Energie & Environnement.

Posez votre question ou bien laissez un commentaire...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.