Intersolar Europe 2019 : les onduleurs hybrides ont le vent en poupe

Les onduleurs sont devenus polyvalents grâce à la numérisation et à la croissance des besoins sur le marché. Qu’il s’agisse d’accumulateurs, de voitures électriques, de thermoplongeurs ou d’applications et de suivi pour la maison intelligente, les onduleurs permettent d’intégrer parfaitement les différents composants. En raison des nombreuses utilisations possibles, les onduleurs connaissent actuellement une immense dynamique d’innovation et sont d’ores et déjà devenus des dispositifs aux multiples talents. La tendance est surtout aux onduleurs hybrides modulaires et faciles à installer, aux solutions de mise à niveau et aux onduleurs string à forte densité de puissance pour les grandes installations photovoltaïques destinées à alimenter le réseau. Les visiteurs intéressés pourront s’informer sur les nouveaux systèmes d’onduleurs au salon Intersolar Europe de cette année et découvrir eux-mêmes la capacité d’innovation de ce secteur.

Les onduleurs ont plus d’une corde à leur arc

Convertir le courant solaire continu en courant alternatif de la manière la plus efficace et la plus économique possible était encore la tâche des onduleurs il y a quelques années. Désormais, ils ont plus d’une corde à leur arc. En plus de la conversion du courant, ils analysent et pilotent les strings et batteries solaires et les solutions power to heat ou smart home. Munis d’interfaces de communication numérique, ils sont raccordés aux systèmes de gestion d’énergie qui par exemple intègrent aussi les véhicules électriques. La numérisation croissante est à l’origine de ce développement. Elle s’accompagne d’une évolution des besoins d’une nouvelle génération d’utilisateurs qui produisent et consomment leur propre électricité issue d’énergies renouvelables. Ces prosommateurs, comme on les appelle, sont à la fois producteurs et consommateurs. Ils stockent l’énergie solaire et l’utilisent quand ils en ont besoin pour différentes applications. L’onduleur actuel doit pouvoir répondre aux besoins de cette génération.

« Auparavant, on se contentait d’injecter le courant solaire dans le réseau et de gagner de l’argent grâce au rachat de cette électricité. Aujourd’hui, ce prix de rachat se situe entre dix et douze centimes d’euro le kilowattheure alors que le prix de vente est de 30 centimes en Allemagne. C’est pourquoi il peut s’avérer rentable d’installer des batteries chez soi », explique le professeur Bruno Berger, responsable de la plateforme de données énergétiques Energy Charts à l’Institut Fraunhofer pour les systèmes énergétiques solaires (ISE). Les batteries permettent de stocker à bas coût l’électricité produite sur place et de l’utiliser quand le courant solaire n’est pas disponible. La technologie des onduleurs évolue en ce sens. « Avant, il n’y avait que des onduleurs d’injection. Aujourd’hui, il existe des onduleurs auxquels on peut raccorder l’installation photovoltaïque et les batteries », ajoute le professeur Burger.

Le développement des fonctionnalités multiplie les applications possibles

Un des principaux fabricants donne un exemple de la polyvalence croissante des appareils avec son nouvel onduleur hybride. Cet onduleur triphasé dispose de trois traqueurs MPP, dont une entrée combinée pour le raccordement d’une batterie haute tension de différents fabricants. La mise à niveau a posteriori de la batterie est également une option envisageable. La plage de tension ouvre des possibilités variées pour la construction d’installations photovoltaïques neuves ou le repowering.

Les nouveaux onduleurs hybrides d’autres fabricants sont eux aussi de plus en plus flexibles grâce à un système de gestion d’énergie intégré : différents flux de courant continu et alternatif sont possibles en parallèle et simultanément. Un appareil peut donc être alimenté en électricité pendant que la batterie est en charge. Les appareils hybrides associent les fonctions d’un chargeur de batterie avec un onduleur de batterie, un contrôleur et le suivi de l’installation. Dans le même temps, le marché compte de plus en plus d’appareils compatibles avec les accumulateurs de différents fabricants, non seulement avec les batteries lithium-ion, mais aussi les batteries plomb-gel.

Des appareils plus puissants mais aussi plus compacts

De nouveaux systèmes d’accumulateurs avec onduleurs hybrides intégrés particulièrement adaptés à la mise à niveau d’installations photovoltaïques existantes ont le vent en poupe. Cet aspect sera de plus en plus important, compte tenu de la fin de la rémunération en vertu de la loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG) à partir de 2021 pour les installations solaires les plus anciennes. Ils peuvent se raccorder directement au réseau de la maison indépendamment de l’installation solaire et sont compatibles avec les batteries de différents fabricants. Ils peuvent fournir une alimentation de secours et informent les utilisateurs automatiquement en cas d’erreur par le biais d’applications ou de portails.

Les innovations concernent également les onduleurs string pour les grandes installations photovoltaïques qui alimentent le réseau. Les fabricants tendent à faire monter les grands onduleurs string à 1 500 volts CC avec une densité de puissance élevée. Les tensions plus élevées provenant des champs de modules permettent des courants plus faibles, ce qui réduit les coûts de câblage et de refroidissement. La tendance est aux appareils encore plus puissants, mais aussi compacts et efficaces. Il est souvent possible de raccorder en même temps plusieurs strings. L’installation s’effectue souvent uniquement en ligne à l’aide d’applications et par le biais du Wi-Fi.

Intersolar Europe et les salons parallèles auront lieu du 15 au 17 mai 2019 dans le cadre de la plateforme d’innovation The smarter E Europe à la Messe München.

Plus d’infos…

Posez votre question ou bien laissez un commentaire...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.